Aux petits soins pour les orris

Typiques des hautes vallées ariégeoises, les cabanes de pierre sèche constituent un patrimoine unique à préserver.

"Montagne et Patrimoine" va pouvoir les restaurer

Typiques des hautes vallées ariégeoises, les cabanes de pierre sèche constituent un patrimoine unique à préserver. L’association Montagne et Patrimoine va pouvoir intervenir auprès de ceux situés sur les espaces de l’ONF.

Engagée dans la protection du milieu montagnard, tant au plan écologique qu’à celui de la conservation, la restauration et la mise en valeur du patrimoine bâti, l’association chère à son actuel président Yves Rougès a une aura départementale, son rayon d’action étant celui des Pyrénées ariégeoises, avec possibilité d’interventions en zones voisines. C’est justement dans le cadre des opérations menées sur le domaine public et afin d’en officialiser les actes, qu’à la demande faite par l’association en décembre dernier, une convention de partenariat vient d’être signée avec l’ONF.

C’est à la maison forestière de Tarascon-sur-Ariège, qu’Yves Rougès et Stéphane Villarubias, le directeur de l’agence territoriale Ariège/Aude/Pyrénées-Orientales de l’ONF, ont paraphé le document permettant à Montagne et Patrimoine d’intervenir sur le terrain domanial.

« Cette convention va dans un premier temps autoriser l’association à intervenir dans le domaine de la préservation et de la restauration du petit habitat dans les territoires gérés par l’ONF, explique Stéphane Villarubias, sachant qu’en Ariège les forêts domaniales représentent quelque 80.000 hectares, excepté dans l’Aston et le Haut-Salat. L’intérêt d’un tel partenariat est gagnant / gagnant puisqu’il permet à l’association d’œuvrer dans le cadre d’une délégation de service faite par nos services, l’ONF demeurant maître d’ouvrage, mais aussi d’être en mesure de signaler la présence de patrimoine bâti dans les lieux placés sous notre autorité; comme Montagne et Patrimoine est habilitée à intervenir à notre demande».

Dans un second volet qu’il reste à bien arrêter, la convention devrait permettre dans les sites les plus fréquentés du petit patrimoine bâti en milieu forestier, de mener à bien des chantiers d’importance. Une complémentarité entre l’office national et l’association également saluée par Philippe Lagarde, technicien de la forêt en charge sur l’ensemble du département de la coordination d’une convention cadre déjà effective avec le Conseil départemental en matière d’entretien et de développement des chemins de randonnée dans les secteurs domaniaux. Tout comme par Marguerite Delaval, en charge de l’unité territoriale ONF Vicdessos/Pays-d’Ol-mes/al d’Ariège.

Valoriser les savoir-faire traditionnels

Passée dans un but de conservation réciproque, cette convention devrait aussi favoriser la valorisation de métiers qui se perdent, comme celui de la construction en pierres sèches, technique ancestrale que Montagne et Patrimoine s’ingénie à conserver et à développer au travers de fameux chantiers, comme le rappelle son vice-président, Richard Danis.

« Outre l’étude et l’inventaire du petit patrimoine bâti, nous intervenons sur le terrain, via la présence de nos bénévoles, mais aussi de structures spécialisées, de professionnels, chacun apportant expérience et savoir-faire à la réhabilitation d’orris, de granges, murs ». Un travail de terrain qui n’est qu’une partie de l’œuvre menée puisque l’animation et l’action culturelle, l’information et la divulgation de documents, les formations techniques et administratives sont aussi le quotidien d’Yves Rougès et ses amis. Une poignée de passionnés qui ont l’Ariège et ses richesses pastorales chevillées au corps… et au cœur.

la gazette ariégeoise
Article de la Gazette Ariégeoise, datant du 28 août 2020.